Les cyberpapis à l’heure de l’humanitaire

Le monde de la traduction est un univers aux frontières poreuses. La majorité des traducteurs télétravaillent en indépendant ce qui les amènent à « flirter » avec de nombreux domaines et à se pencher sur d’innombrables phénomènes de société.

Au Mexique, la retraite n’est pas forcément perçue comme une voie sans issue pavée de solitude puisque la famille intègre volontiers la personne âgée dans ses activités quotidiennes ou hebdomadaires. Le Vieux ou la Vieille est une icône intouchable, la marque du temps, le sceau familial.

Dans les pays industrialisés, la retraite n’est pas toujours vécue comme l’aboutissement d’une vie bien remplie mais comme un long désert sans fin. Une porte ouverte sur le vide, l’absurdité de l’existence, la maladie, la solitude qui mord et ne lâche plus.

Je crois que la retraite se prépare comme on prépare un voyage. On ne bascule pas du « tout » au « rien » sans égratignures.

Certains le savent et en profitent pour cultiver leur jardin, renouer avec de vieilles amitiés ou ne plus remettre les choses qui leur tiennent à cœur aux calendes grecques. D’autres s’engagent d’une manière différente…ce sont des passeurs de savoir, des cyberpapis qui partagent leurs connaissances en ligne.

Souvenons-nous, souvenez-vous de cette très belle citation de l’écrivain Amadou Hampâté Bâ « quand un vieillard meurt c’est une bibliothèque qui brûle. »

http://www.youtube.com/watch?list=UUdcJE_W3L7tZGEJ46aOibPg&feature=player_detailpage&v=yR9dTHusz8g#t=0



Pour plus d´informations sur le sujet et sur mes services de traduction de l´anglais et de l´espagnol vers le français laissez-moi un message.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message